Lectures estivales romans

ROMANS

Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables

Annie BARROWS

51eIzpOpHoL._SX301_BO1,204,203,200_

Ce n’était pas le projet estival dont Layla avait rêvé. Rédiger l’histoire d’une petite ville de Virginie-Occidentale et de sa manufacture de chaussettes, Les Inusables Américaines. Et pourtant… Eté 1938. Layla Beck, jeune citadine fortunée, refuse le riche parti que son père lui a choisi et se voit contrainte, pour la première fois de sa vie, de travailler. Recrutée au sein d’une agence gouvernementale, elle se rend à Macedonia pour y écrire un livre de commande sur cette petite ville. L’été s’annonce mortellement ennuyeux. Mais elle va tomber sous le charme des excentriques désargentés chez lesquels elle prend pension. Dans la famille Romeyn, il y a… La fille, Willa, douze ans, qui a décidé de tourner le dos à l’enfance… La tante, Jottie, qui ne peut oublier la tragédie qui a coûté la vie à celui qu’elle aimait… Et le père, le troublant Félix, dont les activités semblent peu orthodoxes. Autrefois propriétaire de la manufacture, cette famille a une histoire intimement liée à celle de la ville. De soupçons en révélations, Layla va changer à jamais l’existence des membres de cette communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

Miniaturiste

Jessie BURTON

product_9782070144228_195x320

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets.
S’inspirant d’une maison de poupée d’époque exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam, Jessie Burton livre ici un premier roman qui restitue avec précision l’ambiance de la ville à la fin du XVIIe siècle. Au sein de ce monde hostile, où le pouvoir des guildes le dispute à l’intransigeance religieuse et à la rigueur morale, la jeune Nella apparaît comme une figure féminine résolument moderne. Œuvre richement documentée et conte fantastique, Miniaturiste est un récit haletant et puissant sur la force du destin et la capacité de chacun à déterminer sa propre existence.

Le cri muet de l’iguane

Daniel PICOULY

9782226314611m

« Jean Jules Joseph, mon grand-père, est né à la Martinique en 1893. Il a été un héros noir de la guerre de 14-18. A en croire, Paulette, ma mère, il l’aurait quasiment gagnée à lui tout seul. C’est la légende familiale qui m’a accompagné dont j’ai été nourri et que j’ai voulu écrire pour lui rendre hommage. Il a suffi de l’intrusion d’une historienne et d’un vieux carnet oublié au fond d’une malle pour mettre à bas ce récit héroïque et découvrir l’incroyable et tumultueuse histoire de mon grand-père.

Jean, Jules Joseph a été élevé par de véritables Amazones. Amoureux dès l’enfance d’Aurore, la fille du plus riche planteur de l’île, il a été le témoin direct d’un assassinat politique raciste, a survécu à l’éruption de la Montagne Pelée grâce à son iguane, a boxé contre le premier champion du monde noir des poids lourds, et s’est trouvé mêlé à une mystérieuse “guerre du rhum” à la Martinique, avant de mettre le pied à Tarbes, de rencontrer Marie, ma grand-mère, d’établir notre famille et d’enfouir dans un carnet le secret de sa “vie d’avant nous”.

Le cri muet de l’iguane, c’est ce secret qui vous égorge de l’intérieur, sauf à l’écrire.

C’est ce que j’ai fait. »

L’ascendant

Alexandre POSTEL

411OOCzhRDL._SX338_BO1,204,203,200_

Le narrateur, à la demande d’une psychiatre, raconte les événements qui, en l’espace de cinq jours, ont dévasté sa vie. Tout commence lorsque ce vendeur de téléphones mobiles apprend le décès de son père, avec lequel il entretenait des rapports très lointains. Afin d’organiser les obsèques, le jeune homme se rend dans la petite ville où vivait le défunt et s’installe dans la maison paternelle. Il fait alors une découverte terrifiante qui le plonge, au fil d’un enchaînement insidieux de faux pas, dans une situation cauchemardesque. On retrouve ici ce qui faisait la force du premier roman d’Alexandre Postel : une narration implacable et ironique, qui donne au récit la forme d’une tragédie. Le sentiment de culpabilité, au centre du texte, génère une atmosphère trouble et inquiétante : jusqu’à la dernière ligne, le lecteur hésite entre l’empathie, la révolte et l’effroi.

Ostende 1936

Volker WEIDERMANN

51Azg75WSwL._SX317_BO1,204,203,200_

Ostende, la station balnéaire huppée belge, le soleil, la mer, l’ambiance des cafés d’avant-guerre : pour les deux amis qui s’y retrouvent en cet été 1936, cela ressemble à de banales vacances où l’essentiel est de prendre du bon temps. Sauf que ces deux amis, ce sont Stefan Zweig, le richissime écrivain de bonne famille, et Joseph Roth, l’alcoolique miséreux mais génial, désormais indésirables dans une Allemagne nazie où leurs livres sont interdits. Les écrivains qui les rejoignent, dont Arthur Koestler, sont, comme eux, traqués, bannis, à mesure que la situation politique en Europe empire. Ostende 1936 est un « roman vrai » dans lequel Volker Weidermann raconte l’histoire envoutante d’un été pas comme les autres, à la veille des atrocités de la Seconde Guerre mondiale. Un été au cours duquel Zweig, Roth et bien d’autres se sont réunis pour célébrer la vie comme on ne le fait que par désespoir. Une fête d’adieu à la culture européenne

 

En Poche

51nJH3BYQuL._SX301_BO1,204,203,200_

Nicole Rivadavia est une psychanalyste parisienne de 57 ans au bout du rouleau. Foufou est un porcelet de six semaines enfermé dans une cabane au fin fond de la Bourgogne. Ce livre raconte leur improbable rencontre, et comment ils vont se sauver l’un l’autre. Les gens sont les gens est une comédie trépidante se jouant des codes établis : héroïne intellectuelle plongée dans des situations très physiques, cochon débarquant dans un appartement du VIe arrondissement… L’humour imparable de Stéphane Carlier rappelle celui d’Alan Bennett ou de Woody Allen. La langue fluide, les dialogues particulièrement réussis et les personnages secondaires très attachants contribuent au charme de ce roman qui, comme toute bonne comédie, dit un peu plus que ce qu’il raconte : au-delà du divertissement, il offre une réflexion rafraîchissante sur la psychanalyse, et raconte surtout la belle histoire d’une femme qui se réinvente… Une comédie au charme fou.

Bonne Lecture

Advertisements
Categories: Fiction, Français

Post navigation

Comments are closed.

Blog at WordPress.com.