Prix littéraires: tous les lauréats de la rentrée 2014

Le Goncourt

Le prix littéraire le plus prestigieux a été remis à Lydie Salvayre, chez Drouant (Paris), le 5 novembre 2014 pour Pas pleurer (Seuil). Un roman qui rend hommage aux révolutionnaires espagnoles de 1936 et à l’écrivain français Georges Bernanos.  (à lire au bookclub)

le Renaudot

David Foenkinos a quant à lui été primé pour Charlotte (Gallimard) en recevant le Renaudot. Le jeune homme – qui faisait partie de la dernière liste des Goncourt – a fait mine d’être nullement déçu de ne pas avoir décroché le Graal. “Je suis bouleversé. Le prix Renaudot est un prix exceptionnel, et n’a rien d’un prix de consolation”, s’est-il félicité.

Le Renaudot essai a été attribué à Christian Authier pour De chez nous (Stock) et le Renaudot poche a Florence Seyvos pour Le Garçon incassable (Points).

Le Médicis

Antoine Volodine a de son côté reçu le prix Médicis pour Terminus radieux (Seuil), qui pourrait “se résumer à l’effrayante pile nucléaire autour de laquelle gravitent ses personnages”, vivants ou morts ? Errants en tout cas dans un entre-deux mystique, rapporte l’Express dans sa critique.

Lily Brett a de son côté reçu le Médicis étranger pour Lola Bensky (La Grande Ourse), un portrait de femme, fille de rescapés de la Shoah, et émouvant hommage aux génies du rock des années 60 et 70. Frédéric Pajak a été récompensé par le Médicis essai pour son Manifeste incertain (Noir sur blanc).

le Femina

Yanick Lahens Avec Bain de Lune (éditions Sabine Wespieser), cette Haïtienne a signé un roman d’une violente beauté sur son pays, traversé par la destruction, l’opportunisme politique, les familles déchirées mais aussi les mots magiques des paysans. Elle a été choisie au 2e tour par six voix contre quatre à Marie-Hélène Lafon.

Zeruya Shalev a elle été couronnée par le prix Fémina du roman étranger pour Ce qui reste de nos vies (Gallimard), qui dépeint la quête de l’amour à l’heure des bilans.

Paul Veyne a reçu le prix Femina essai pour Et dans l’éternité, je ne m’ennuierai pas: souvenirs (éd. Abin Michel).

Le Grand prix du roman de l’Académie française :

Adrien Bosc, 28 ans et déjà récompensé par l’Académie française pour Constellation (Stock), son premier roman. L’auteur raconte le crash d’un vol Air France Paris-New York en mer le 27 octobre 1949 et s’attache à faire un travail d’enquête en plus de livrer une réflexion sur le destin et le hasard. Lors de ce drame ont notamment péri le boxeur Marcel Cerdan, amant d’Edith Piaf, et la violoniste Ginette Neveu.  (A lire au book club)

le Prix du roman Fnac

Le prix du roman Fnac a été décerné à Benjamin Wood pour son roman Le Complexe d’Eden Bellwether. “Un thriller à la construction implacable, un coup de maître tout en ambiguïtés”, estime L’Express.

source Express du 6/11/2014

Advertisements
Categories: Awards, Français

Post navigation

Comments are closed.

Create a free website or blog at WordPress.com.