Rentrée littéraire 2012 du Club

ROMANS

Aravind ADIGA Les ombres de Kittur

Les ombres de KitturKittur est une petite ville imaginaire de l’Inde du sud située sur la côte du Karnataka – entre Goa et Calicut – dont l’auteur du Tigre blanc fait le théâtre de ses dernières histoires. Avec ses castes supérieures et inférieures, ses religions multiples, ses immigrés tamouls, ses enfants des rues, ses rikshawallahs, ses fonctionnaires corrompus, Kittur contient l’Inde tout entière.
On y croise quatorze destinées attachantes, puissantes, envoûtantes, qui incarnent les mêmes enjeux terribles de castes, de classe et de pouvoir que dans Le tigre blanc. Quatorze personnages émouvants, que l’injustice et la misère obligent à accepter l’inéluctable, et dont on suit les épreuves entre 1984 et 1991, années marquantes de l’assassinat d’Indira Gandhi et de son fils Rajiv.

Pierre CHAZAL Marcus

MarcusPierrot n’a pas encore trente ans quand il se retrouve à devoir s’occuper du petit Marcus. C’est sa mère Hélène, toxicomane, qui a tenu à le lui confier avant de mourir. Une sorte de preuve pour elle de la valeur humaine de Pierrot et une explication de ce qui les a empêché de s’aimer tous les deux.
Si cette relation entre l’homme et l’enfant semblait incertaine, ils vont petit à petit apprendre à se connaître pour ne plus vouloir se quitter. Entre le rude travail sur les marchés du Nord et les amis aux cœurs d’or, la vie aurait pu s’écouler paisiblement et simplement. Malheureusement, une relation père-fils bien plus sombre va ressurgir et mettre à mal cet avenir tissé d’un bonheur modeste.

Grégoire DELACOURT  La liste de mes envies

La liste de mes enviesJocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

Patrick DELEVILLE Peste & Choléra

Peste et CholéraPrix du roman Fnac 2012
Le docteur Alexandre Yersin (1863-1943) ne pouvait que fasciner Patrick Deville tant le goût pour les voyages, l’exploration et la découverte sont au cœur de son travail d’écrivain. La vie de celui que les vietnamiens appellent affectueusement « le vainqueur de la peste » a été une aventure intellectuelle et humaine d’une rare richesse. En s’installant en Indochine, ce disciple de Louis Pasteur a en effet multiplié découvertes et avancées majeures dans de nombreux domaines scientifiques. Mais cet éloignement de la France a également favorisé, dès la fin de la seconde guerre mondiale, son effacement des mémoires et des grandes commémorations. Un oubli que répare aujourd’hui Patrick Deville, pour qui l’écriture permet de voyager dans les destinées, d’explorer la mémoire collective et, en filigrane, de mieux redécouvrir notre présent.
Peste et choléra fait d’une vie qui a constamment cherché ses propres frontières, un véritable roman d’aventures au style tout en nuances, qui donne aux existences et au passé les saveurs étranges des récits de voyages les plus envoûtants.

Margriet de MOOR Le peintre et la jeune fille

Le peintre et la jeune fille« Le jour où ils allaient étrangler la jeune fille, le peintre s’était rendu en ville dès le matin ». Ainsi débute ce roman qui met en scène deux personnages : un peintre presque sexagénaire et Elsje, âgée de dix-huit ans. Débarquée à Amsterdam depuis quinze jours, elle a tranché en deux la tête de sa logeuse avec une hache.
Sans le nommer, Margriet de Moor raconte l’histoire du peintre Rembrandt : ses deux mariages, la banqueroute où il perd la quasi-totalité de sa fortune, la mort de son épouse fauchée par la peste, son travail acharné pour acheminer les portraits d’un couple amoureux… En contrepoint, l’auteur retrace le destin de la jeune Elsje qui, charmée par le récit de sa belle-sœur, décide de la suivre du Danemark en Hollande. D’abord, le bateau qui l’y emmène est bloqué dans les glaces, puis, une fois arrivée, elle se retrouve à plusieurs reprises confrontée à des situations épineuses.
Pourquoi Elsje a-t-elle abattu sa logeuse ? Pourquoi n’a-t-elle officiellement exprimé aucun remords ? Et quelle fut la motivation du peintre, quand, quelques heures après l’exécution de la jeune fille, il s’est approché de son cadavre afin d’immortaliser sa figure par quelques traits de crayon ?
L’auteur fait jouer les clairs obscurs, applique les couleurs, impose son tempérament artistique à la manière de son personnage principal. Pour Margriet de Moor, Rembrandt a peint ce qu’il voulait voir, et non pas ce qu’il était convenable de représenter à l’époque. Un impressionniste avant la lettre.

Alex MILLER Lovesong

LovesongAu cours de l’été 1946, Dom Pakos et son épouse tunisienne Houria acquièrent un café-restaurant près des abattoirs de Vaugirard. Vingt ans plus tard, ce lieu chaleureux, où l’on sert avec le sourire des spécialités orientales, s’est imposé comme le point de ralliement des travailleurs immigrés. Lorsque son mari adoré disparaît, Houria, qui n’a pas eu d’enfants, peut compter sur sa nièce Sabiha, venue du bled pour la seconder. Les deux femmes s’accordent parfaitement. Un jour de pluie, un touriste australien pousse la porte de Chez Dom. Avec la belle Sabiha, c’est le coup de foudre. Leur mariage est harmonieux, malgré la nostalgie de John pour sa terre natale. Mais un mal le ronge : le couple ne peut avoir d’enfant. Certaine que c’est son époux qui est stérile, et déterminée à avoir la petite fille dont elle rêve, Sabiha décide de se donner à l’un de leurs fournisseurs. Cet acte réveillera la sensualité de l’héroïne et bouleversera leurs trois existences.
Par un judicieux principe de mise en abyme, la ballade de John et Sabiha nous est contée par Ken, écrivain en mal d’inspiration devenu leur voisin à Melbourne.

Toni MORRISON Home

HomeL’histoire se déroule dans l’Amérique des années 1950, encore frappée par la ségrégation. Dans une Amérique où le « White only » ne s’applique pas qu’aux restaurants ou aux toilettes, mais à la musique, au cinéma, à la culture populaire. L’Amérique de Home est au bord de l’implosion et bouillonne, mais c’est ici la violence contre les Noirs américains, contre les femmes qui s’exprime. Les grands changements amorcés par le rejet du Maccarthisme, par la Fureur de vivre ou le déhanché d’Elvis n’ont pas encore commencés. En effet, les Noirs Américains sont brimés et subissent chaque jour le racisme et la violence institutionnalisés par les lois Jim Crow, qui distinguent les citoyens selon leur appartenance « raciale ». Pour eux, le moindre déplacement, même le plus simple, d’un état à l’autre, devient une véritable mission impossible. En réponse à cette oppression, l’entraide et le partage – facilités par l’utilisation du Negro Motorist Green Book de Victor H. Green qui répertorie les restaurants et hôtels accueillant les noirs dans différents états – sont au cœur des relations de cette communauté noire dans une Amérique à la veille de la lutte pour les droits civiques.
La guerre de Corée vient à peine de se terminer, et le jeune soldat Frank Money rentre aux Etats-Unis, traumatisé, en proie à une rage terrible qui s’exprime aussi bien physiquement que par des crises d’angoisse. Il est incapable de maintenir une quelconque relation avec sa fiancée rencontrée à son retour du front et un appel au secours de sa jeune sœur va le lancer sur les routes américaines pour une traversée transatlantique de Seattle à Atlanta, dans sa Géorgie natale. Il doit absolument rejoindre Atlanta et retrouver sa sœur, très gravement malade. Il va tout mettre en œuvre pour la ramener dans la petite ville de Lotus, où ils ont passé leur enfance. Lieu tout autant fantasmé que détesté, Lotus cristallise les démons de Frank, de sa famille. Un rapport de haine et d’amour, de rancœur pour cette ville qu’il a toujours voulu quitter et où il doit revenir. Ce voyage à travers les États-Unis pousse Frank Money à se replonger dans les souvenirs de son enfance et dans le traumatisme de la guerre ; plus il se rapproche de son but, plus il (re)découvre qui il est, mieux il apprend à laisser derrière lui les horreurs de la guerre afin de se reconstruire et d’aider sa sœur à faire de même.

Makenzy ORCEL Les immortelles

Les immortellesLes Immortelles, ce sont les prostituées de Port-au-Prince. L’une d’elles prend à parti l’inconnu monté la voir au bordel. Apprenant qu’il est écrivain, elle lui propose un marché : contre son corps, écrire l’histoire des putains défuntes, emportées par le séisme sous les décombres de béton. D’une surtout : la petite, la fugueuse Shakira venue sous son aile un jour dans la haine de sa bigote de mère. De la belle et orgueilleuse Shakira toute pénétrée d’une passion dévorante pour Jacques Stephen Alexis, l’immense écrivain qui fait battre le cœur d’Haïti. Shakira la révoltée devenue la plus convoitée des putains de la Grand-Rue.
Avec ce roman de feu, qui marie le Ciel et l’Enfer, la transgression par le sexe et la mort atteint à la plus authentique humanité, la plus bouleversante, celle qu’aucune morale ne contrefait. Avec une liberté absolue de ton, Makenzy Orcel prête voix à tout un monde. « La petite. Elle le disait souvent. Les personnages dans les livres ne meurent jamais. Sont les maîtres du temps. »

Anne PERCIN Le premier été

Le premier étéDeux soeurs se retrouvent une fin d’été en Haute-Saône, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine, la benjamine, se tient loin de ce village… Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé font surgir en elle des souvenirs précis et douloureux. Sa soeur aînée a fondé une famille, elle, non. Devenue libraire, c’est une femme solitaire.

À l’adolescence déjà, elle passait ses heures dans les livres. Mais pour ce qu’elle a vécu ici, l’été de ses seize ans, l’été de sa lecture du Grand Meaulnes, «il n’y a pas eu de mots. Il n’y en a jamais eu, ni avant, ni après. C’est quelque chose qui ne ressemble à rien d’écrit.» Quinze années ont passé, et personne n’a jamais su quel secret la tenaillait depuis tout ce temps, le drame dont elle a peut-être été coupable.

Policier Espionage Fantastique, science-fiction

José ROGRIGUES Dos SANTOS La formule de Dieu

La formule de DieuPrintemps 1951, deux espions de la CIA épient une rencontre de la plus haute importance entre David Ben Gourion, « premier » Premier Ministre de l’État d’Israël, et Albert Einstein. L’objet de leur discussion : l’obtention de l’arme nucléaire par le jeune état juif et l’existence de Dieu.
Cinquante ans plus tard, Tomas Noronha, expert en cryptologie, est appelé au Caire par une mystérieuse jeune femme. Sa mission : déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran. Un manuscrit écrit de la main d’Albert Einstein dont le contenu pourrait bousculer l’ordre mondial.
Tomas Noronha devient alors un agent double censé collaborer avec les Iraniens pour informer l’Occident. Mais au cours de son enquête, il découvre que le fameux manuscrit contient beaucoup plus de choses que ne l’espéraient ses différents commanditaires. Il serait tout simplement la preuve scientifique de l’existence de Dieu.

Glenn COOPER Le testament des Templiers

Le testament des Templiers1129. Lors du Concile de Troyes, Bernard de Clairvaux, directeur de conscience des cisterciens, joue de tout son pouvoir pour faire reconnaître par l’Église l’Ordre des Templiers, avant de militer activement pour la tenue de la deuxième croisade en Terre Sainte.

2010. Ruac dans la région de Sarlat. Par le plus grand des hasards, un étrange manuscrit médiéval est retrouvé, dissimulé dans les murs d’une abbaye cistercienne. C’est la confession d’un moine, le frère Barthomieu, datée de 1307, l’année où, sur ordre de Philippe Le Bel, les Templiers furent arrêtés et emprisonnés. Hugo Pineau, restaurateur de livres anciens, et Luc Simard, archéologue, travaillent activement sur les messages codés contenus dans le texte. Bien vite, leurs recherches les conduisent dans une immense galerie de passages souterrains située sous le village. C’est au cœur de ce labyrinthe, dans une caverne cachée, qu’ils vont tenter de percer les énigmes de Berthomieu et, peut-être, le secret des Templiers. Mais ils ne se doutent pas qu’ils viennent ainsi d’entrer dans un jeu qui va vite s’avérer mortel.

Pablo de SANTIS La soif primordiale

La soif primordialeDans la Buenos Aires des années 50, à l’ombre de la dictature, Santiago, un jeune provincial, réparateur de machines à écrire, se retrouve responsable de la rubrique ésotérique du journal où il travaille et informateur du ministère de l’Occulte, organisme officiel chargé de la recherche sur ces thèmes et les vérités qu’ils recouvrent. Malgré son scepticisme à l’égard du surnaturel, Santiago assiste à une rencontre de spécialistes des superstitions, y est témoin d’un meurtre et mis en contact avec “les antiquaires”, des êtres extraordinaires qui vivent dans la pénombre entourés d’objets anciens, vendent de vieux livres et sont la proie de la soif primordiale, celle du sang. Le hasard ou le destin, mais surtout un étrange amour, puissant et troublant, amènera Santiago à ne plus résister à cette soif et il devra alors chercher à survivre, peut-être pour l’éternité, dans un monde hostile.

Michelle RICHMOND le carnet de la mathématicienne

Le carnet de la mathématicienneEn 2009, dans un café de Diriomo au Nicaragua, Ellie Enderlin, une Américaine de 38 ans, rencontre un homme, Peter Mc Connell qui la fait replonger dans un passé douloureux. À San Francisco, vingt ans auparavant, sa sœur aînée, Lila Enderlin, brillante étudiante de doctorat en mathématiques à Stanford, a été sauvagement assassinée plongeant ainsi toute sa famille dans un véritable désarroi. La police ne parvint jamais à élucider ce mystère. Ellie devait trouver alors un réconfort auprès d’un ami Andrew Thorpe, professeur de littérature, qui, non sans un certain cynisme, utilisera pourtant ses confessions pour écrire, l’histoire de sa sœur dans Meurtre dans la baie. Ce roman noir le consacrera comme un auteur de polar à succès et désignera Peter Mc Connell, l’amant marié de Lila, comme le meurtrier idéal.

Le carnet de la mathématicienne est un récit qui oscille entre le roman psychologique et le polar, où l’on retrouve ce sens aigu de l’analyse d’un auteur qui explore les rapports entre deux sœurs, les thèmes de l’amour, de l’amitié, de la mémoire, du deuil et de la culpabilité. Et cette plongée dans les souvenirs est soutenue par une écriture sobre, harmonieuse et toujours subtile.

En POCHE

En cuisineAbsolument dé-bor-dée !Pour tout l'or du BrésilLes neuf dragonsBeignets de tomates vertesLes dieux voyagent toujours incognito

Mitsuba

SCIENCE

Marius Le Fèvre

L'espace du rêve à la réalité

À écouter

La princesse des glacesErica Falck, trente-cinq ans, installée dans une petite ville tranquille de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre d’une amie d’enfance perdue de vue. À la conquête de la vérité, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives – rejointe par l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi – plonge dans les strates d’une petite société provinciale et de ses secrets. Comme le faisait Simenon, Camilla Läckberg, sait à merveille croquer des personnages complexes et mettre à jour une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

Pour les plus jeunes

Le gentil petit diable et Le petit cochon fûtéÉcoutez bien Monsieur Pierre : il va raconter aux enfants de Papa Saïd des histoires très, très vraies et très, très sérieuses.
Celle du petit diable qui bouleversa la théologie en préférant le ciel à l’enfer et faisait le désespoir de sa famille parce qu’il voulait être gentil. Celle du petit cochon futé qui avala l’étoile polaire…
La rue Broca ouvre beaucoup de portes sur l’imaginaire.
Sur un ton malicieux, Pierre Gripari, l’auteur en personne, nous raconte ces deux merveilleuses histoires. Cette lecture personnelle donne à ces textes une saveur, une couleur, un piquant inimitables.
Musique originale de François Rauber.

Bonne lecture

Advertisements
Categories: Français

Post navigation

Comments are closed.

Create a free website or blog at WordPress.com.